myHOP PRO : 5 années de télé-expertise et un vrai succès !

(par M le Pr. Luc Thomas, service de dermatologie, Groupement Hospitalier Sud des Hospices civils de Lyon)

 

« Initiée sur un mode expérimental en 2012, la télé-expertise en dermatologie au CHLS et à l’ HFME a atteint, en 2018, un niveau d’activité considérable avec + de 15 000 avis rendus, plus de 1200 médecins correspondants dont environ 20% d’étrangers. Une récente enquête de satisfaction auprès des utilisateurs fait apparaitre un taux de 34% de bonne opinion et 63% de très bonne opinion des utilisateurs de ce service. 

Cette offre supplémentaire remplit un triple besoin :

  •  sécuriser les demandes d’avis par la numérisation des images et des informations transmises à propos des patients,
  • faire face à une diminution considérable de l’offre de soins en dermatologie du fait de la raréfaction des praticiens mais aussi de la modification de leurs pratiques laissant de moins en moins de place à la prise en charge de pathologie lourdes en particulier cancéreuses au profit d’autres activités et
  • participer à la diffusion des connaissances en dermatologie aussi bien pour les médecins généralistes que pour les dermatologistes.

Cette activité s’exerce désormais à trois niveaux :

  1. de médecin généraliste à dermatologue, avec la création d’une activité de médecin « gatekeeper » pour tenter de compenser l’offre de soins en baisse dans la discipline sans pénaliser les patients ;
  2.  de dermatologue (recrutement désormais national touchant 92 départements français) à expert, notamment pour le diagnostic précoce dermoscopique des cancers de la peau pour permettre d’éviter des déplacements inutiles, des gestes chirurgicaux superflus et de diffuser les connaissances dans un domaine on le service de dermatologie du CHLS a depuis longtemps une notoriété ainsi qu’ une activité de recherche et d’enseignement très importantes ; 
  3. d’expert à expert international (recrutement sur 93 pays, la plupart non francophones) dans les domaines les plus pointus des compétences du service comme le dépistage précoce tumeurs cutanées malignes rares ou pédiatriques et la pathologie cancéreuse des ongles, des paumes et des plantes.

Actuellement financée de manière très partielle (et précaire) et reposant principalement sur la « bonne » volonté des praticiens qui la réalisent en plus de leurs autres activités, la télé-expertise permet de « densifier » les consultations de dermatologie au CHLS et à l’HFME en évitant de les surcharger avec des pathologies pour lesquelles un déplacement en CHU hyperspécialisé ne s’impose pas tout en donnant malgré tout une conduite à tenir diagnostique et thérapeutique adaptée, et en diminuant les délais de prise en charge pour les pathologies les plus graves ou complexes.

Elle permet aussi, par un tri préalable aux consultations, d’instituer une politique de « e-refferal » permettant d’orienter spécifiquement les patients vers le spécialiste de l’équipe le plus adapté en fonction du problème posé, voire de prévoir à l’avance les investigations complémentaires nécessaires.

Elle offre enfin d’importantes possibilités d’amélioration des relations ville-hôpital permettant, par exemple, de charger les confrères dermatologistes de la région, de l’information préopératoire et du recueil du consentement avant un geste de dermatologie chirurgicale sous anesthésie locale, tout en inscrivant leur patient directement sur les programmes opératoires, ou en permettant aux acteurs médicaux ou paramédicaux, d’assurer le suivi thérapeutique ou post-thérapeutique avec les conseils du praticien du service qui avait pris en charge leur patient. »